Laurent Saint-Martin
Député du Val-de-Marne

Vice-président de la commission des finances

Mon action
©S. de Sakutin / AFP

Le constat est glaçant : une femme est tuée tous les 3 jours par son conjoint. 
 

Les féminicides, dont nous constatons la tragique hausse, et les violences faites aux femmes et aux enfants sont un fléau qu’il nous faut combattre sans relâche. Face à ces violences que je condamne de la façon la plus ferme, le gouvernement et la majorité ont lancé, le 3 septembre dernier, le premier Grenelle de la lutte contre les violences conjugales. Ce Grenelle s’est traduit par trois mois de travaux, près de 60 auditions et plus de 100 événements locaux. Les chiffres en sont la preuve : les citoyens et les acteurs associatifs, culturels et politiques sont fermement engagés dans la lutte contre ces violences.

Aujourd’hui, lundi 25 novembre 2019, est le jour de clôture du Grenelle contre les violences conjugales. Dans ce contexte, le Premier ministre et le Gouvernement ont présenté 30 nouvelles mesures pour lutter contre les violences faites aux femmes. Ces mesures, dont certaines sont présentées au bas de ce billet, portent un objectif triple: 

  • Prévenir les violences faites aux femmes ;

  • Protéger davantage les victimes, femmes et enfants ; 

  • Mettre en place un suivi et une prise en charge des auteurs de violences.

 

Comme certains des lecteurs de ce site le savent, je prendrai, au 1er janvier 2020 les fonctions de rapporteur général de la commission des finances. Ce rôle de courroie de transmission entre le Gouvernement et le Parlement sur tous les sujets financiers me permettra de porter un regard attentif aux montants des fonds publics dédiés à lutte contre les violences faites aux femmes. Dans le budget pour 2020 que nous adopterons fin décembre, c’est plus d’un milliard d’euros qui seront attribués en faveur de l’égalité entre les hommes et les femmes, dont 360 millions pour la lutte contre les violences faites aux femmes. Ces montants ne devront pas faiblir ans dans les prochaines années et j’y veillerai. 

 

Je ne peux que vous inviter à consulter, mais également à relayer, les 30 mesures annoncées aujourd’hui pour lutter contre les violences faites aux femmes en consultant ce documenthttps://www.gouvernement.fr/sites/default/files/document/document/2019/11/dossier_de_presse_-_cloture_du_grenelle_contre_les_violences_conjugales_-_25.11.2019.pdf 

 

Parmi les 30 mesures annoncées, certaines ont particulièrement retenu mon attention car elles auront un impact mesurable à court terme. Je pense notamment au renforcement du numéro d’urgence 3919, qui sera ouvert 24h/24 – 7j/7 et rendu accessible aux personnes en situation de handicap. Je pense également aux mesures de formation et de sensibilisation des milieux scolaires, où des modules de formation obligatoires seront mis en place à destination des personnels de l’éducation national. Un document unique de signalement et un guide réflexe à destination des personnels des établissements seront également diffusés dans tous les établissements, afin de mieux repérer et mieux signaler les violences intrafamiliales dont les élèves sont victimes

 

Enfin, nous examinerons à l’Assemblée nationale en 2020 une proposition de loi visant à renforcer les dispositifs de protection des victimes de violences, portée par mes collègues de la majorité Bérangère Couillard et Guillaume Gouffier-Cha. Ce texte a pour objectif d'instaurer des mesures relatives à la suspension systématique de l’autorité parentale en cas de féminicide et à la possibilité donnée au juge pénal d’aménager ou de suspendre l’autorité parentale du conjoint violent.


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.