Laurent Saint-Martin
Député du Val-de-Marne

Vice-président de la commission des finances

Mon action

Marie Guévenoux, Amélie de Montchalin, députées de l’Essonne et Laurent Saint-Martin, député du Val-de-Marne saluent l’annonce du Gouvernement d’inscrire dans la loi les mesures de couvre-feu nocturne et de plafonnement des créneaux de vols annuels de l’aéroport de Paris-Orly.

Alors que l’Assemblée nationale examine cette semaine en seconde lecture la loi PACTE qui contient une mesure de cession d’actifs de l’État dans l’entreprise Aéroport de Paris, les députés Marie Guévenoux, Amélie de Montchalin et Laurent Saint-Martin ont demandé aujourd’hui au Ministre de l’Économie et des Finances, Bruno Le Maire d’apporter des garanties supplémentaires pour assurer une meilleure protection des riverains de l’aéroport de Paris-Orly.

 

Les députés souhaitaient l’inscription dans la loi de l’arrêté ministériel du 6 octobre 1994 qui impose notamment un nombre maximum de 250.000 créneaux de vols annuels et l’instauration d’un couvrefeu nocturne qui interdit les décollages et atterrissages entre 23h30 et 6h15.

 

Il est certain qu'un aéroport représente aujourd'hui une opportunité exceptionnelle en matière d'emploi et de développement économique. Cependant, une telle infrastructure est aussi source considérable de nuisances environnementales impactant directement la vie quotidienne des habitants. La cession des actifs de l'État inquiète ainsi, et à juste titre, les riverains de l'aéroport de Paris-Orly qui craignent une perte de son contrôle et de son pouvoir de régulation.

 

Le Ministre de l’Économie et des Finances a assuré prendre en compte les préoccupations des riverains et a accepté de « renforcer ces dispositifs, qui sont aujourd’hui d’ordre règlementaire », et propose de « les inscrire dans la loi pour qu’ils prennent un caractère législatif ».

 

Les députés se sont félicités de l’engagement du Ministre : « Il ne faut pas agiter de faux arguments quant à la privatisation d’ADP. Il n’y a ni menace pour notre souveraineté, ni liquidation d’entreprise stratégique. En revanche, il y avait une nécessité à entendre les inquiétudes légitimes des riverains et à leur apporter des garanties. C’est ce que vient d’annoncer Bruno Le Maire, ce dont nous nous félicitons ».

 


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.