Laurent Saint-Martin
Député du Val-de-Marne

Vice-président de la commission des finances

Mon action

Dans le cadre de mes fonctions de rapporteur spécial, j’étais aujourd’hui en déplacement à la cité administrative de Melun avec Mme Isabelle Saurat, directrice de l’immobilier de l’Etat, et Mme Béatrice Abollivier, préfète de Seine-et-Marne.

 

Le rôle du rapporteur spécial

En tant que rapporteur spécial, je suis chargé de suivre le budget de certaines administrations, dont la Direction de l’immobilier de l’Etat.

L’an dernier, les commissaires aux finances ont mis en place le printemps de l’évaluation : un temps parlementaire dédié à l’évaluation des politiques publiques et au contrôle de l’exécution du budget de l’année précédente, qui précède le vote de la loi de règlement. Dans ce cadre, j’auditionne des directeurs d’administrations centrales, j’effectue des déplacements de contrôle sur le terrain afin de préparer le rapport spécial qui doit éclairer le Parlement sur la portion du budget général de l’Etat qui m’est confiée.

 

La cité administrative

Revenons-en à Melun. Quand on s’intéresse aux services publics, on ne s’interroge que trop rarement sur les conditions matérielles de la présence effective des services publics dans les territoires. Le service public, c’est avant tout les femmes et les hommes qui le font vivre au quotidien. Mais ce sont également les cités administratives qui, dotées d’une organisation spécifique, abritent les services déconcentrés de l’Etat et leurs agents : direction départementale des finances publiques (DDFiP), inspection académique, direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi (DIRECCTE), direction départementale de la protection des populations (DDPP), direction départementale de la cohésion sociale (DDCS), etc.

A Melun, ces différents services emploient plus de 800 agents et occupent 5 bâtiments. Il faut aujourd’hui les moderniser, notamment pour améliorer leur efficience énergétique et pour leur permettre d’accueillir de nouveaux services de l’Etat.

Ces services sont, pour la plupart, placés sous l’autorité du préfet. Mais les cités administratives qui les abritent relèvent, elles, de la Direction de l’immobilier de l’Etat (DIE). C’est la DIE qui pilote les efforts de rénovation des cités existantes ou de construction de nouvelles cités, et cela avec plusieurs objectifs :

  • Améliorer l’accueil des usagers,
  • Assurer de bonnes conditions de travail aux agents,
  • Soutenir l’effort de performance énergétique des bâtiments publics,
  • Garantir la qualité des investissements immobiliers de l’Etat.

 

La réforme de l'organisation territoriale de l'Etat

Cette semaine, le Premier ministre a relancé la réforme de l’organisation territoriale de l’Etat, dans le but de rapprocher les services publics des usagers, et de gagner en efficacité et en lisibilité de l’action publique. Ce chantier a naturellement vocation à s’appuyer sur les cités administratives existantes qui sont, pour nombre de citoyens, le point de contact incontournable, sinon unique, avec les services publics.

 


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.