Laurent Saint-Martin
Député du Val-de-Marne

Rapporteur général de la commission des finances
Conseiller régional d'Île-de-France

L'Opinion : « Le sérieux budgétaire, ce n’est ni de l’austérité, ni de s’empêcher de dépenser quand il faut »

15 Mar 2022 Laurent Saint Martin Dans les médias

J'ai été interviewé par L'Opinion . Voici les premières lignes de l'article.

Pour le rapporteur général du budget, « le rythme de rétablissement des finances publiques peut être décalé, mais l’horizon de 3 % de déficit en 2027 doit être maintenu ».

Emmanuel Macron présentera jeudi son programme lors d’une conférence de presse. Prévoit-il une trajectoire des finances publiques ?

Tout ce que je peux vous dire, c’est que les dépenses engagées par la crise de la Covid et celles qui vont l’être avec la crise ukrainienne rendent absolument nécessaire l’adoption d’une trajectoire de rétablissement de nos finances publiques. Quel que soit le président élu, nous aurons besoin d’un cap pour le prochain quinquennat. Si le président de la République est réélu, nous reviendrons sous les 3 % en fin de mandat, seuil à partir duquel la dette pourra refluer. Pour y arriver de manière réaliste, nous nous appuierons sur deux moteurs : le soutien à la croissance et les réformes, à commencer par celle des retraites.

Le Premier ministre vient d’annoncer plus de deux milliards d’euros d’aides à la pompe supplémentaires alors que la croissance va être révisée à la baisse. La Banque de France table désormais sur 2,8 % à 3,4 % cette année. Est-ce tenable ?

La situation en Ukraine va effectivement ralentir la poursuite du rebond cette année. Mais ce n’est pas une raison pour perdre de vue nos objectifs. Si le rythme de rétablissement de nos finances publiques peut être décalé, l’horizon de 3 % de déficit en 2027 doit être maintenu. Sans objectif clair, on n’y arrivera pas. Mais quand le Premier ministre annonce deux milliards d’aides à la pompe, c’est pour protéger le pouvoir d’achat des ménages et la productivité des entreprises. C’est pour maintenir notre niveau de croissance. Toutes les mesures que nous avons mises en place — bouclier tarifaire, plan de relance ou plan d’investissement France 2030 — engagent des dépenses utiles, soit de protection, soit de relance, soit d’investissement à long terme. Le sérieux budgétaire, ce n’est ni de l’austérité, ni de s’empêcher de dépenser quand il faut.

Retrouvez l'article dans son intégralité ici


Articles similaires

Derniers articles

Catégories

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion