Laurent Saint-Martin
Député du Val-de-Marne

Rapporteur général de la commission des finances

Plan de soutien à la filière aéronautique : préserver les emplois et la compétitivité, engager le secteur dans sa transition écologique

Mon action

L'aéronautique est un secteur essentiel de notre économie. Il représente 300 000 emplois directs et indirects dont près la moitié est directement menacée par les conséquences économiques de la crise du Covid19.

Dans la 3ème circonscription du Val-de-Marne, les entreprises comme Alkan à Valenton, Souriau Sunbank à Marolles-en-Brie, ou Triumph Controls à Villeneuve-le-Roi, sont particulièrement concernées.

Pour faire face à la situation et accompagner le secteur dans son défi de transition écologique, le ministre de l'économie et des finances, Bruno Le Maire, a présenté ce mardi le plan de soutien à la filière aéronautique.

Ce plan poursuit trois ambitions qui permettront à notre pays de rester un leader mondial de l’aéronautique : préserver les emplois et les compétences ; investir dans les PME et ETI pour accompagner la transformation de la filière ; soutenir la décarbonation de l'industrie aéronautique.

Ce plan représente plus de 15 milliards d'euros d'aides, d'investissements et de prêts et garanties. 

 

 

  • Préserver les emplois et les compétences, soutenir la demande

Le soutien de l'Etat devra permettre de préserver les emplois français des grands industriels que sont Airbus, Thales, Dassault et Safran, ainsi que leurs sous-traitants.

Un nouveau régime d'activité partielle, en cours de définition avec les partenaires sociaux, sera mis en place afin de préserver les emplois qualifiés de la filière sur les prochains mois.  

Les dispositifs de soutien financier à l'export seront renforcés pour atténuer les effets de la crise, avec la mobilisation de Bpifrance Assurance Export. Par ailleurs, un moratoire sur le remboursement des crédits des compagnies aériennes sera mis en œuvre, ce qui représente un coût de 1,5 milliard d'euros pour l'Etat.

Les commandes d'avions, d’hélicoptères et de drones militaires seront anticipées afin de préserver les emplois des chaines de production nationale. Le montant de ces commandes anticipées sera de 832 millions d'euros.

Air France sera également soutenu dans le renouvellement d'une partie de sa flotte afin de favoriser la reprise de l'ensemble de la filière aéronautique française. Des contreparties complètes à ce soutien ont été demandées de l'Etat : réformes structurelles de la compagnie en accord avec les organisations représentatives du personnel ; mise en cohérence du périmètre du marché domestique avec la réduction de vols courte distance dès lors qu'une alternative ferroviaire de moins de 2h30 existe ; réduction de 50% des émissions de CO² des vols métropolitains et recours accru au carburant alternatif durable.

 

 

  • Investir dans les PME et ETI pour accompagner la transformation de la filière

Les PME tricolores du secteur sont une force de notre pays et il est essentiel de poursuivre le soutien qui leur est accordé. 

Dans cette optique, un fonds d’investissement aéronautique sera créé et apportera un soutien en fonds propres pour préserver les savoir-faire
critiques et améliorer la compétitivité des PME et ETI. Ce fonds, abondé notamment par les industriels français et l'Etat via Bpifrance, devrait déployer un montant total de 1 milliard d'euros, avec une première levée de 500 millions en capital mobilisable en juillet.

Un second fonds d'investissement, doté de 300 millions d'euros, pour la transformation environnementale des procédés et la digitalisation du secteur sera également lancé.

 

 

  • Soutenir la décarbonation de l'industrie aéronautique

L'objectif est concret et réaliste : parvenir à la production d'un avion neutre en carbone d'ici 2035. 

Les efforts de R&D seront ainsi largement intensifiés pour conserver nos forces vives de l'innovation et positionner la France comme le leader technique et industriel du secteur. La R&D permettra de préparer la rupture environnementale de l’aviation

Le financement public dédié s'élèvera à 1,5 milliard d'euros sur les trois prochaines années.

 

 

Retrouvez le dossier de presse du ministère de l'économie et des finances détaillant les annonces formulées ce matin à l'occasion de la présentation du plan de soutien à la filière aéronautique


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.