Laurent Saint-Martin
Député du Val-de-Marne

Rapporteur général de la commission des finances
Conseiller régional d'Île-de-France

PLF 2022 : l'Assemblée nationale adopte le texte en première lecture

Mon action

Je me réjouis de l’adoption en première lecture du projet de loi de finances pour 2022 par l’Assemblée nationale, par 348 voix pour et 205 voix contre.

Avec ce texte, le temps de la stabilité fiscale est venu. Les mesures fiscales que nous avons portées depuis le début du quinquennat portent leurs fruits. Preuve en est, la situation économique favorable dans laquelle nous nous situons aujourd'hui, alors que nous sortons du "quoiqu'il en coûte". Avec une prévision prudente de croissance à 6,25% pour 2021, nous pouvons aujourd’hui affirmer que nos choix, avant et pendant la crise, étaient les bons.

Ce projet de loi de finances pour 2022 est un adapté à son contexte. En cela il devait traduire nos engagements en faveur du pouvoir d'achat et de l'emploi. Et c’est chose faite :

- Nous agissons contre la hausse des prix du gaz et de l’électricité, avec l’instauration d’un bouclier tarifaire. Le tarif réglementé de vente du gaz sera bloqué au minimum jusqu’en avril 2022, celui de l’électricité n’augmentera pas d’ici la fin de l’année 2021 et la hausse des prix ne dépassera pas 4 % en 2022 ;

- Nous défiscalisons les pourboires volontaires, pour rendre du pouvoir d’achat aux bas salaires et renforcer l’attractivité de secteurs actuellement confrontés à des difficultés de recrutement, notamment celui de l’hôtellerie-cafés-restauration ;

- Nous prenons des mesures fiscales en faveur des travailleurs indépendants, pour renforcer l’accompagnement des entrepreneurs de la création d’entreprise jusqu’à sa transmission ;

- Nous donnons la possibilité aux départements de recentraliser le Revenu de Solidarité Active et le revenu de solidarité. Ceux qui le souhaitent pourront demander cette recentralisation pour libérer des marges financières et développer des propositions d’insertion à leurs bénéficiaires.

Ce PLF intègre aussi nos engagements pris en termes de politiques publiques prioritaires, notamment régaliennes. Nous investissons massivement pour l’avenir à travers des engagements concrets :

  • Nous finançons le plan France 2030 à hauteur de 34 milliards d’euros (dont 3,5 milliards dès 2022). Cet investissement permettra de financer la France de demain, plus industrielle, plus écologique, plus innovante, à travers des secteurs clés : hydrogène vert, véhicules électriques, spatial…
  • Nous consacrons 550 millions d’euros supplémentaires pour le soutien aux jeunes qui ne parviennent pas à s’insérer durablement dans l’emploi. Grâce au contrat d’engagement jeune, nous accompagnons les jeunes qui souhaitent s’impliquer activement dans un parcours de retour à l’emploi à travers un programme d’aide, une mise en activité et une allocation.

J’ai également eu à cœur de présenter la mise en œuvre du plan France Relance pour 2022, qui sera sa dernière année. Lancé en 2020, France Relance représente 100 milliards d’euros permettant de faciliter la reprise de notre économie qui avait été bouleversée par la crise sanitaire. Il est opéré à travers trois programmes, à savoir l’écologie (en faveur d’une croissance durable et juste), la compétitivité (qui promeut la relocalisation de la production en France) et la cohésion (pour répondre aux difficultés que peut rencontrer notre jeunesse).

Tous ces engagements nous permettent de remettre la France sur les rails et d’investir pour notre futur. Nous pouvons être fiers de ce budget pour 2022, résolument tourné vers l’avenir. Comme depuis le début de cette législature, nous pouvons saluer le sérieux et la maître budgétaires du projet de loi de finances que nous avons voté.

Si le travail n’est pas encore terminé (le texte est maintenant envoyé au Sénat), je suis aujourd’hui pleinement satisfait du texte voté par l’Assemblée nationale.


Articles similaires

Derniers articles

Catégories

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion