Laurent Saint-Martin
Député du Val-de-Marne

Rapporteur général de la commission des finances

Mon action

Le projet de loi instituant un système universel de retraite a été présenté ce vendredi 24 janvier en Conseil des ministres. 

Retrouvez la communication du gouvernement sur le projet de réforme des retraites : https://www.elysee.fr/emmanuel-macron/2020/01/24/conseil-des-ministres-du-vendredi-24-janvier-2020

Le texte présenté par le gouvernement est évidemment le fruit de longs mois de concertation avec l’ensemble des partenaires sociaux, il est surtout le véhicule de notre responsabilité à tous : la refondation du système actuel en un système de retraites universel de solidarité entre tous les Français, qui ouvre de nouveaux droits pour les carrières heurtées et qui permettra de présenter un équilibre financier à 2027. Nous le faisons pour pour les actifs d’aujourd’hui mais aussi et surtout pour ceux de demain, à qui nous ne nous pouvons pas léguer un système déficitaire et endetté, que nul auparavant n’avait eu le courage de réformer. Oeuvrer pour cet équilibre financier est mon devoir en tant que rapporteur général du budget mais surtout en tant que citoyen attaché à l’avenir de notre pays.

Depuis le début de mon mandat de député, j’ai pris le temps d’échanger avec les citoyens de ma circonscription au travers de laboratoires législatifs et de nombreux rendez-vous. Ces temps d’échanges n’ont fait que renforcer ma conviction qu’il est nécessaire de conduire une réforme. Une réforme pour plus d’égalité entre les Français. Une réforme pour garantir l’avenir du système de solidarité qui fait la force de notre société et de notre pays. 

Le constat du système actuel de retraite a le mérite d’être clair : avec les 42 régimes existants, les Français, à travail égal et cotisations identiques, ne disposent pas des mêmes droits à la retraite. Et ce constat n’est pas acceptable. Nous prendrons le temps de la transition et de la convergence mais le système universel couvrira à terme l’ensemble des Français, que ce soient les salariés du privé, les fonctionnaires, les artisans, les salariés aux statuts particuliers, les professions libérales et les parlementaires. 

Nous avons pleinement conscience des spécificités propres aux citoyens qui occupent des emplois pénibles. La pénibilité sera prise en compte, il serait évidemment absurde de contraindre un policier, un couvreur ou un infirmier, à travailler jusqu’à 64 ans. Les travailleurs qui auront débuté leur carrière jeune ou qui auront fait un métier pénible et des tâches difficiles pourront partir plus tôt à la retraite.

Tous les acteurs devront prendre leurs responsabilités. Le Premier ministre Edouard Philippe et le secrétaire d’Etat Laurent Pietraszewski porteront ce texte au Parlement. Nous, députés, prendrons nos responsabilités et mènerons le travail d’ajustement de ce projet de loi. 

Les partenaires sociaux devront également oeuvrer à l’émergence de solutions. Ils seront placés au coeur de la conférence de financement qui devra trouver des alternatives aux mesures d’âge initialement proposées afin de garantir l’équilibre financier du système en 2027. Les conclusions de cette conférence seront dévoilées fin avril 2020, sans quoi le gouvernement prendra ses dispositions. 

Disons-le maintenant haut et fort. Le futur système de retraite sera un régime système basé sur la répartition, un régime par point et une régime égalitaire entre les Français, avec le plus haut niveau de couverture au monde. C’est une promesse à laquelle je veillerai, aux côtés de mes collègues de la majorité, lors de l’examen du texte à l’Assemblée nationale.


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.