Laurent Saint-Martin
Député du Val-de-Marne

Rapporteur général de la commission des finances

Mon action

La crise du coronavirus affecte notre société dans toutes ses dimensions, et la culture n’en est pas exempte. Le Président de la République et le ministre de la culture ont présenté ce mercredi une série d’annonces pour venir en soutien des femmes et des hommes de ce secteur. 

Si les petits musées, les galeries ou les librairies pourront de nouveau ouvrir ce lundi 11 mai, les lieux de culture devront inévitablement se renouveler, faire avec le virus et les mesures sanitaires qui dicteront notre quotidien après le déconfinement. Les grandes salles de spectacle pourront ainsi de nouveau accueillir des artistes, pour des répétitions ou des captations. Le retour du public sera cependant autorisé progressivement ultérieurement.  

Le Président de la République l’a très justement précisé : nous aurons besoin, dans les prochains mois, d’intermittents, d’artistes qui savent faire de la création pour favoriser l’accès à la culture et à l’art pour les jeunes citoyens, dans les écoles et les colonies de vacances par exemple. Une plateforme de mise en contact sera créée par le gouvernement.

De nombreux acteurs du secteur culturel se retrouvent grandement fragilisés et ne peuvent acquérir les cachets nécessaires pour accéder à l’ouverture des droits aux intermittents. Pour ceux-là, une « année blanche » a été actée, jusqu’à fin août 2021, afin de soutenir les artistes et techniciens du spectacle vivant et de l’audiovisuel qui sont les piliers de notre société culturelle. Cette mesure est une réponse à une très fort attente exprimée par les représentants du secteur. Nous y répondons.

Les auteurs bénéficieront d’exonérations de cotisations pendant 4 mois. Les associations et petites entreprises culturelles pourront continuer de bénéficier des dispositifs d’accompagnement en place, comme le Fonds de solidarité. Bpifrance, la banque publique d’investissement, proposera à ces acteurs des dispositifs d’apports en fonds propres dans des modalités qui seront précisées par les ministres Bruno Le Maire et Franck Riester.

Pour les professionnels du cinéma et des séries dont les tournages ne pourront reprendre avant fin mai, un fonds d’indemnisation public sera mis en place par le gouvernement et le Conseil national du Cinéma, en partenariat avec les régions et des partenaires privés (banques, assurances…).

L’Etat lancera également un grand programme de commandes publiques qui permettra de solliciter les métiers d’art, le spectacle vivant, la littérature ou les arts plastiques, avec une attention particulière accordée aux créateurs de moins de 30 ans.

Pour les festivals et les événements culturels rassemblant plus de 5000 personnes qui sont annulés jusqu’à fin août, un fonds festival sera également créé, en lien avec les collectivités territoriales.

La directive SMA dite "droits d’auteurs", sera transposée à l’échelle nationale d’ici la fin de l’année afin que les grandes plateformes mondiales puissent investir, dès le 1er janvier 2021, dans la production cinématographique et audiovisuelle français. 

Les moyens du Centre national de la musique seront renforcés avec un financement de 50 millions d’euros octroyé par l’Etat pour construire un plan d’accompagnement aux acteurs de la musique. 

 

Ces annonces seront détaillées prochainement sur le site du ministère de la culture Culture.gouv.fr


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.