Laurent Saint-Martin
Député du Val-de-Marne

Rapporteur général de la commission des finances
Conseiller régional d'Île-de-France

Projet de loi de finances rectificative : l’Assemblée nationale vote un texte pour soutenir le pouvoir d’achat des Français

Mon action

Les députés viennent d’adopter, ce mercredi 24 novembre, le projet de loi de finances rectificative pour 2021 en lecture définitive à l’Assemblée nationale.

Le texte que nous votons aujourd’hui est un texte fondamental à plus d’un titre. S’il remplit son rôle traditionnel de collectif budgétaire de fin d’année, il permet d’organiser le bon déploiement du Plan de relance et sert aussi de véhicule budgétaire pour traduire les engagements du Gouvernement pris en cette fin d’année.

A ce titre, je tiens à souligner le respect de notre engagement concernant la revalorisation exceptionnelle du montant du chèque énergie, à hauteur de 100€. Cette revalorisation, qui représente une dépense de 533,9M€ pour l’Etat, nous permet de soutenir les ménages les plus modestes face à la hausse du prix de l’énergie.

Je me réjouis également du financement de l’indemnité inflation, une aide concernant 38 millions de nos concitoyens, également à hauteur de 100€.

Sur ce point, ce projet de loi de finances rectificative a connu des rebondissements conséquents. Alors que nous avions voté, en première lecture, le financement de l’indemnité inflation, les Sénateurs ont décidé de la supprimer lorsque le texte est passé entre leurs mains. Une suppression particulièrement injuste : en rejetant notre dispositif, la majorité sénatoriale a décidé, par une manœuvre politicienne, de créer une mesure alternative à la nôtre. Mais dans les faits, les deux dispositifs n’avaient pas grand-chose de comparable. Là où notre indemnité inflation est une aide d’un montant de 100 euros accordée aux personnes percevant moins de 2000€ par mois, la mesure du Sénat aurait privé de toute aide des retraités, des travailleurs indépendants, des étudiants boursiers ainsi que de nombreux salariés. Surtout, elle n’aurait concerné que 8 millions de personnes, soit 30 millions de moins que le dispositif que nous mettons en place !

Nous sommes donc fiers d’acter aujourd’hui la réintroduction de notre dispositif dans ce PLFR.

Le texte que nous votons aujourd’hui est donc un texte dont nous pouvons nous féliciter. Au-delà des mesures d’urgence et des mesures de soutien à l’emploi et aux jeunes, notons qu’il prend également en compte un relèvement de la prévision de croissance pour 2021. Il est donc le reflet d’une très bonne séquence économique pour notre pays, se traduisant notamment par des chiffres positifs sur le marché de l’emploi, avec un taux de chômage à 7,5%, soit le plus bas depuis 15 ans ! Une preuve supplémentaire de l’efficacité des mesures que nous avons prises depuis le début du quinquennat.


Articles similaires

Derniers articles

Catégories

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion