Laurent Saint-Martin
Député du Val-de-Marne

Vice-président de la commission des finances

Mon action

 

Répondre aux colères c’est d’abord les comprendre. Au-delà de la seule question - cruciale - du pouvoir d’achat, j’entends les revendications au sujet du consentement à l’impôt ainsi que la défiance vis-à-vis des politiques et des administrations. J’ai été élu pour apporter des réponses concrètes. Ce 3 décembre, j’ai suivi l’avancée de deux d’entre elles.

 

1. Plus de justice fiscale

 

Ce matin, avec le projet "Ciblage de la fraude et valorisation des requêtes" (CFVR), mené au sein de Bercy et lauréat du fonds de transformation publique (FTAP), qui met algorithmes et intelligence artificielle au service de la lutte contre la fraude fiscale. Ce type d'initiative doit permettre de renouer avec le consentement à l'impôt, si essentiel à notre démocratie, mais aujourd’hui pourtant si érodé. Le consentement à l'impôt qui constitue le socle de notre société mérite en effet aujourd'hui d'être replacé au cœur des débats, et c'est tout le sens de ce projet particulièrement nécessaire au rétablissement de la confiance entre administration et usagers.

 

2. Mettre en place un droit à l’erreur

 

Cet après-midi à #Bercy avec le ministre Gérald Darmanin et la direction de l’URSSAF pour le suivi de l’application de la loi #ESSOC sur le droit à l’erreur. Au-delà de ce que nous votons à l’Assemblée, il s'agit en effet de s'assurer que l'ensemble des citoyens puissent bénéficier des possibilités offertes par les lois, pour rétablir un véritable climat de confiance dans le service public.

 


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.