Laurent Saint-Martin
Député du Val-de-Marne

Vice-président de la commission des finances

Mon action

Le Grand débat national l’a encore illustré : les Français, malgré leur attachement profond pour les services publics, constatent un décalage croissant entre l’action publique et leurs préoccupations quotidiennes. Pêchant tantôt par excès de lenteur, tantôt par son éloignement géographique ou sa complexité, le service public peine parfois à satisfaire leurs attentes.

La feuille de route que les Français nous ont adressée est claire : simplification, proximité, efficacité.

Mais cette feuille de route, comment la mettre en musique sans accroître le déficit et sans augmenter les impôts ?

Depuis quelques années, la réponse s’est imposée comme une évidence : l’administration numérique. Grâce au développement des services numériques, nous sommes parvenus à dématérialiser et à automatiser un nombre croissant de procédures - autant de gains d'efficacité qui permettront, à terme, de réaliser des économies tout en maintenant le haut niveau de service public qu'attendent les Français.

Je pense par exemple à la déclaration de revenus pré-remplie, qui évite au contribuable calculs hasardeux et risques de redressement. Je pense également au prélèvement à la source, qui a considérablement simplifié la collecte de l’impôt sur le revenu pour l’ensemble des assujettis.
 

Le développement de l’action publique numérique se heurte cependant à deux difficultés.

La première concerne le recrutement : comment attirer les profils qualifiés dans le giron public ?

La seconde relève de l’investissement : comment investir davantage alors qu’il nous faut maîtriser le déficit ?

Pour résoudre cette double difficulté, le Gouvernement a choisi de renforcer sa stratégie numérique au sein de l’initiative TECH.GOUV, pilotée par la Direction interministérielle du numérique et du système d’information et de communication de l’Etat (DINSIC, voir ici)

De quoi s’agit-il ?

TECH.GOUV a vocation à devenir la clef de voûte de la transformation numérique du service public, en encourageant l’élaboration de produits et services numériques et en renforçant l’expertise publique sur les questions digitales. C’est à la fois :

  • Une stratégie de pilotage et de coordination interministérielle,
  • Une marque regroupant une offre partagée de produits et de services numériques,
  • Une plateforme associant acteurs publics et privés destinée à démultiplier les efforts et les résultats.

 

TECH.GOUV est donc à la fois au service des citoyens, des agents et collectivités publics et des entreprises. Cette stratégie doit répondre à six enjeux prioritaires :

  • Simplifier le quotidien des citoyens et leurs relations avec les services publics,
  • Réduire les inégalités territoriales et accompagner agents et usagers dans la révolution numérique,
  • Attirer les talents au sein de l’Etat et améliorer les conditions de travail des agents,
  • Renforcer la sécurité numérique et l’indépendance technologique de l’Etat,
  • Optimiser les dépenses publiques grâce à des gains d’efficience à coût constant,
  • Développer des synergies avec la société civile et les entreprises.

 

L’objectif ? Investir davantage pour dépenser moins en dépensant mieux.


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.